Handicap Incontinence

Panier

Panier Vide

Total 0,00 €

Recherche

satisfait ou rembourse cliquez pour l acces au formulaire



Visitez Handicapincontinence.fr sur ShopMania

Nos marques

paiement securise

Actions Collectives

J utilise des couches lavables

Découvrez la gamme de produits pour incontinence


Un handicap silencieux et tabou...



Qui frappe plus de 3 millions de Français, de tous âges, mais principalement des femmes. Les hommes sont concernés plutôt à partir de 60 ans quand apparaissent les premiers problèmes de prostate. Les enfants par le pipi au lit mais aussi les fuites pendant la journée. L'incontinence n'est pas une maladie ni une fatalité.



L’incontinence urinaire donne lieu à des pertes incontrôlables et involontaires d’urine, qui se produisent le jour ou la nuit. Il ne s’agit pas d’une maladie, mais d’un symptôme lié à divers troubles physiques ou mentaux. Il existe divers moyens pour la maîtriser ou la traiter.



Contrairement à ce qu’on croit souvent, il n’y a pas que les personnes âgées qui souffrent d’incontinence urinaire. En Amérique du Nord, on estime qu’elle touche une femme sur quatre d’âge moyen ou âgée. Les hommes sont deux fois moins nombreux à en souffrir.



L’incontinence urinaire est vécue par toutes les femmes et les hommes qui en souffrent comme un véritable handicap. Sentiment de honte, de dégradation de l’image de soi, isolement en sont les principales conséquences. Ce symptôme, souvent considéré comme un témoin du vieillissement, concerne en fait toutes les classes d’âge comme le démontrent les études épidémiologiques.



L’incontinence urinaire est restée pendant des années un tabou peu abordé dans le monde médical. Si les premières descriptions du bas appareil urinaire semblent remonter la médecine égyptienne comme en témoignent certains papyrus datés de 2000 ans avant notre ère, il faudra pratiquement attendre des études anatomiques de Léonard de Vinci pour avoir une description de l’anatomie du sphincter urinaire.

 

La compréhension des mécanismes physiopathologiques et les premières propositions thérapeutiques curatives qui semblent remonter à la fin du XIX eme siècle prendront leur essor au début du XX eme siècle avec le développement notamment de la spécialité d’urologie en France. Actuellement, les techniques modernes d’imagerie, d’électrophysiologie et d’investigation ont permis de comprendre avec une relative précision le fonctionnement vésico-sphinctérien.

 

Il s’agit d’une physiologie particulièrement complexe, faisant intervenir de nombreuses structures neurologiques tant corticales que médullaires. Le contrôle des urines est d’ailleurs la dernière fonction du corps que l’enfant va acquérir au cours de son développement. Le moindre dysfonctionnement dans cette mécanique de précision risque de conduire à une perte du contrôle sphinctérien et conduire à l’installation d’un lourd handicap.



La survenue d’une incontinence est le plus souvent d’origine multifactorielle, la prise en charge en est donc complexe. De ce point de vue, différentes recommandations ont été éditées au cours de ces dernières années concernant certains aspects de cette pathologie.



Le vieillissement est également responsable d’une altération des fonctions vésico-sphinctériennes qui augmente le risque d’incontinence urinaire. Ces modifications concernent toutes les structures physiologiques impliquées dans le contrôle de la miction :


- Altération progressive des fonctions cognitives et des voie neurologiques.


- Vieillissement de la paroi vésicale responsable d’une augmentation de la prévalence de l’hyperactivité de vessie.


- Atrophie du sphincter uréthral.


- Prise de médicaments ayant des effets adverses sur les mécanismes de continence urinaire.


- Séquelles d’interventions chirurgicales, notamment à visée prostatique.